Neuf mouvements pour une cavale

  • Libertés d’expressions
  • Le temps des paysans. Après une tentative fructueuse en avril 2022, deux nouvelles représentations d'une pièce de théâtre qui a été travaillée avec eux.
  • Le spectacle sera précédé d'une rencontre et d'un échange avec des témoins locaux en partenariat avec l'Université Populaire du Limousin
vendredi 21 avril - 20h00
Dans une ferme du Haut-Limousin (détails à venir)
samedi 22 avril - 20h00
Dans une ferme du Haut-Limousin (détails à venir)
  • Théâtre et forum
  • Tout public - Dès 14 ans
  • Tarif B
  • 1h10

Enorme travail de Guillaume Cayet et de sa compagnie, pour reconstituer les détails d'un drame, et, à l'aide de celles et ceux qui l'ont vécu, de son sens. Une plongée digne et essentielle dans le mal-être paysan.

Le 20 mai 2017, veille de l’élection présidentielle, un gendarme tue Jérôme Laronze, 36 ans, éleveur d’une centaine de vaches à Trivy (Saône-et-Loire), au terme de neuf jours de cavale transformés en chasse à l’homme. Fervent défenseur d’une agriculture privilégiant la défense du vivant et militant contre le puçage et la traçabilité des animaux, Jérôme était depuis quelques années dans le collimateur de la D.D.P.P (Direction Départementale de la Protection des Populations).

Le 11 mai 2017, Jérôme prend la fuite à la suite d’un contrôle sanitaire, sans qu’aucune violence n’ait été commise, avant d’être abattu neuf jours plus tard par trois balles de la gendarmerie, au volant de sa Toyota. L’affaire ne retient pas l’attention des médias. Cet événement croise la trajectoire d’écriture de Guillaume Cayet, qui a déjà consacré un texte au monde paysan avec Dernières pailles (Éditions Théâtrales, 2016).

Après de nombreux échanges avec Jean-Paul Onzon, agriculteur bio auvergnat, et Marie-Pierre Laronze, soeur de Jérôme, Guillaume écrit un texte, sous la forme d’un monologue, où une soeur - possible Antigone contemporaine - réclame un procès pour son frère, dans une affaire policière risquant d’être classée en non-lieu.

Un monologue en neuf mouvements, où il est question de colère, de normes agricoles, de violences policières, d’injustice, et de transformer le deuil en révolte.

Crédits photos : Cie Le désordre des choses.

 

AUTOUR DU SPECTACLE

Rendez-vous le samedi 22 avril à 18h pour échanger avec des témoins et des ressources locales autour des thématiques portées par le spectacle.

+ d'infos à venir...

Ecriture : Guillaume Cayet

Mise en scène : Aurélia Lüscher

Création avec Fleur Sulmont

Jeu : Fleur Sulmont en alternance avec Cécile Bournay

Lumières & régie générale : Juliette Romens

Scénographie : Guillemine Burin-des-Roziers

Vidéo & son : Antoine Briot

Voix off : Claude Thébert & agriculteur.trice.s

Regard paysan : Jean-Paul Onzon

Production : le désordre des choses
Coproductions : Théâtre des Îlets - Centre Dramatique National de Montluçon, La Comédie de Clermont-Ferrand - scène nationale soutien Ministère de la culture et de la communication - Drac - Auvergne- Rhône-Alpes, Conseil régional Auvergne Rhône-Alpes, Conseil départemental du Puy-de-Dôme, Théâtre Ouvert - Centre national des dramaturgies contemporaines - Paris, Jeune Théâtre National

La compagnie a bénéficié de l’aide à la reprise du Ministère de la culture et de la communication-DRAC Auvergne - Rhône-Alpes en 2020.

Le texte est lauréat de l’aide à la création de textes dramatiques - ARTCENA. Il est publié aux éditions Théâtrales.

La compagnie est associée à la Comédie de Clermont-Ferrand - scène nationale pour les saisons 2019-2022.

Avec le soutien de l'Onda - Office national de diffusion artistique.
Partenaire 1Partenaire 2Partenaire 3